Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ART D'HEURES POéTIQUES Tous droits réservés Lunairium/créations

29 Jun

Au gré des livres François Cheng

Publié par Tristan Lunair

Au gré des livres François Cheng

Un passage du livre qui interpelle l'âme. TL

L’éros a le pouvoir magique de rapprocher deux être épris l’un de l’autre. D’un amour partagé, ceux-ci recherchent l’assouvissement de leur désir charnel. S’ils s’en tiennent à la seule dimension de la chair, ils se trouveront à la longue dans l’impasse. En enchaînant des actes qui comportent chaque fois une excitation suivie d’un chute (l’acte charnel n’en est-il pas le meilleur signe, avec ce que l’on appelle « la petite mort » ?), ils s’enchaînent eux-mêmes dans un jeu fermé où l’autre est de plus en plus chosifié. L’assouvissement devient asservissement épuisant qui aboutit au mieux à la lassitude, au pire à l’exacerbation haineuse, qui peut aller jusqu'au meurtre passionnel. Si en revanche, les deux êtres liés par l’Eros élargissent leur horizon en faisant appel au meilleur d’eux-mêmes, ils découvriront, au terme d’un travail intérieur de dépassement, d’autres dimensions de leur être, remontant jusqu’à la part la plus intime, la plus originelle et irremplaçable de chacun, qu’on désigne par le terme « âme », à la source de tous les désirs.

Quand le corps à corps s’enrichit d’un « âme à âme », l’amour connaît un changement qualitatif, il inspire à chacun le respect et gratitude pour l’autre. « Dans le véritable amour, écrit Stendhal, ce sont les âmes qui enveloppent les corps. » et Michel-Ange disait à l’être aimé dans un sonnet de sa composition : « Je dois aimer en toi ce que toi-même tu chéris, à savoir ton âme. » Ce que le christianisme aussi bien que le platonisme ont appelé l’Apapè, qui s’est manifesté entre autres sous la forme de l’amour courtois, tend là à remplacer la concupiscence, la volonté de jouir de l’autre, par une communion plus profonde, plus ouverte. L’âme en son état le plus élevé se soustrait alors à la contrainte du corps et à celle de l’espace- temps, en résonance avec l’âme et l’univers vivant.

François Cheng Cinq méditations sur la mort autrement dit la vie

Commenter cet article

Archives

À propos

ART D'HEURES POéTIQUES Tous droits réservés Lunairium/créations