Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ART D'HEURES POéTIQUES Tous droits réservés Lunairium/créations

02 Mar

Au cœur de François Cheng

Publié par Tristan Lunair

 

 

Depuis quelques temps, je suis plongé dans les ouvrages de F. Cheng, romancier, poète, essayiste, calligraphe, peintre, sa poésie me tient en haleine et je l'aime particulièrement.

Après l'éternité n'est pas de trop, (roman) et retenu que deux âmes puissent s'aimer par effleurements, faisant fi du corps physique, "le parfait" amour en quelque sorte, et sans que le temps n'ait d'emprise sur ces âmes amoureuses, j'ai aussitôt enchaîné avec De l'Âme (essai) son dernier livre, qui m'a quelque part, fait renouer avec cette idée de l'âme, une conscience nouvelle semble m'animer, et enfin aujourd'hui, en à peine une heure, j'ai lu Le livre du Vide médian (poésie) qui m'a transporté pour certains poèmes. Du TAO, ici "la Voie" et l'interaction des trois souffles dont le vide médian, indissociable, dont voici un poème...

 

 

Ton regard tout de rêve et d'attente

Si offert à la transparence qu'à jamais

        l'aube y dépose sa promesse

Aube de la Vie, aube de ta vie, attendant

Qu'au fond de la nuit s'esquisse une âme soeur

        et lentement prenne corps l'être de ton rêve

Sachant faire siens faim et soif, gel et flamme

Suivre silence le courant des murmures

        et remonter jusqu'à la source des larmes

Faire fi des saisons, des lointains

        sur le long chemin qui mène vers toi

Cueillir en passant rosées d'été, pétales d'automne

        frissons des grillons, laudes de l'alouette

Pénétrer l'intime de la moindre fibre

        des feuilles, des fleurs, puis des fruits

Etre humble assez pour entendre l'impalpable

        dévoiler l'indicible, épouser l'inouï

Se dépouiller tel un arbre en hiver

        ouvert aux affres et aux effrois

Dressant ses branches contre le ciel étoilé

Franchissant une à une les couches de la nuit

Et venir enfin

        au-devant de la transparence de l'aube

Et te dire, avec l'évidence du jour, " me voici ! "

 

 

François Cheng de l'Académie française

Le livre du Vide médian (Albin Michel)

Collection : Espaces libres

 

Commenter cet article

Archives

À propos

ART D'HEURES POéTIQUES Tous droits réservés Lunairium/créations